Amanda Sinclair Portrait

Minerva Haber, PCP

Toronto, Ontario

Miverva Haber a vécu un peu partout dans le monde, mais dès son arrivée à Toronto, en Ontario, elle se sent chez elle.  

Elle grandit au Liban, où elle habite jusqu’au début des années 2000. De là, elle a fait le tour du golfe Persique munie de visas de travail. Elle s’arrête à Dubaï, au Qatar et en Égypte, occupant divers postes de gestion et d’administration dans différents secteurs d’activité. 

À l’approche de l’expiration de son visa, elle décide qu’un retour au Liban n’est pas ce qu’il lui faut. Lorsque l’occasion de déménager au Canada se présente, elle la saisit avec un peu de scepticisme, mais aussi avec une certaine curiosité. Elle ne sait rien du Canada, sauf qu’il y fait froid! Mais dès sa première visite à Toronto, elle sait que c’est là qu’elle habitera.  

« Je ne voulais plus partir! », se rappelle-t-elle en riant.  

Elle est venue à Toronto plusieurs fois avant d’y déménager avec son jeune fils en 2010. Elle aime cette ville pour sa modernité, son dynamisme et sa propreté, mais surtout pour le respect et le sentiment de sécurité qu’elle a ressentis à son arrivée. 

« Ici, on vous respecte en tant qu’être humain », dit-elle.  

Au Canada, Minerva travaille d’abord dans l’immobilier commercial, mais elle se bute à un marché particulièrement difficile à percer. Elle sait qu’il lui faut un emploi plus stable. Titulaire d’une maîtrise en informatique, elle avait toujours été à l’aise avec la logique et les chiffres. Elle se trouve donc un emploi en comptabilité, dans une petite entreprise où elle doit prendre en charge plusieurs aspects des finances et des ressources humaines, y compris la paie. Et cela lui plait beaucoup!  

En cherchant sur Internet un endroit où suivre des cours dans le domaine de la paie, elle trouve rapidement l’Institut national de la paie. En peu de temps, elle obtient son titre de Professionnelle en conformité de la paie (PCP). En 2017, elle décroche son premier emploi en paie, acceptant un nombre croissant de responsabilités au fil des ans. Maintenant gestionnaire de la paie à Conservation de la nature Canada, elle admet avoir occupé des postes formidables au cours de sa carrière, en partie grâce à sa connaissance du français. En fait, le français et l’arabe sont ses langues maternelles. Elle n’apprend l’anglais qu’à l’adolescence, d’abord par l’intermédiaire de la musique et de la télévision, puis en suivant des cours. Aujourd’hui, elle parle aussi un peu l’espagnol. Il va sans dire qu’elle aime apprendre et se perfectionner.  

Minerva dirait qu’elle a une carrière haute en couleur. Même si le domaine de la paie a beaucoup évolué, elle admet qu’elle aime la cohérence et la fiabilité des chiffres. Pour elle, ils forment un casse-tête : les réponses se trouvent dans les lois et les lignes directrices, il suffit de savoir où chercher. Elle aime aussi l’aspect humain de son travail.  

« Certains employés ont besoin de plus d’attention, explique-t-elle. Chaque personne est différente. Certaines viennent nous voir et sont très contrariées, mais c’est simplement parce qu’elles ne comprennent pas. J’ai trouvé des façons de leur parler, de les calmer afin que nous puissions avoir une discussion. J’aime cet aspect de mon travail. Je ne me fais pas que calculer tout la journée. La paie, c’est beaucoup plus que cela. » 

Avec l’automatisation croissante des opérations quotidiennes, Minerva espère pouvoir bientôt se concentrer davantage sur le volet interpersonnel de la paie.  

« Chaque jour, je suis comblée par mon travail, ajoute-t-elle. J’aime la paie et je suis impatiente de voir la façon dont notre profession évoluera. » 

l’Institut national de la paie

Contactez-nous:
adhesion@paie.ca
(416) 487-3380
1-800-387-4693

Suivez-nous